đź“Ť J'Ă©cris des histoires d'amour et parfois, elles se terminent mal

Pendant longtemps, j'ai cru que mes romans avaient un seul point commun : les traumatismes.
Mes histoires sont toutes différentes, j'aborde toute sorte de sujets : le deuil. L'emprise familiale. L'amnésie. La séparation. La violence conjugale. L'agression sexuelle. Le handicap. La transphobie. La biphobie. La violence. Les secondes chances. La passivité. L'attente.
Puis, en y réfléchissant, ce n'était pas vraiment ça. Parfois, mes histoires commençaient bien après l'événement qui provoque le stress post-traumatique chez mes héros, alors je me suis dit que la résilience était le fil conducteur. Et j'aimais ça, c'était plus positif. Peu importait ce que vivaient mes héros, ils se relevaient. Avec des cicatrices, avec des cauchemars, jamais identiques, certes, mais ils se relevaient toujours.

C'Ă©tait pourtant rĂ©ducteur, cette affaire. 
J'ai donc cherché d'autres points communs, il y en avait sûrement puisqu'ils venaient tous de moi (ou de Sigmund). De la diversité, toujours. De la mangeaille, c'est la vie. Des voyages, souvent. Mais il y avait plus que ça, toujours plus.
J'ai alors découvert que mes histoires elles-mêmes sont le fil conducteur. À l'exception de ma saga fantasy, mes romans racontent des histoires qui peuvent arriver à n'importe qui, aux gens qu'on croise dans la rue, à nos voisins, à notre entourage.
D'oĂą mon slogan :

Des histoires d'aujourd'hui, des héros de tous les jours.

Ce slogan est toujours d'actualité. Je continue de raconter ces histoires d'aujourd'hui, avec ces héros de tous les jours. En romance. En women's fiction. J'y tiens.
Mais zut, et ma fantasy ?
Et mes contes de fées ?
Et mon roman paranormal ?
Ça, ça n'arrive décidément pas à tout le monde. (Encore heureux !)
Alors, y avait-il un point commun avec ces romans si différents ?

Oui.
J'ai trouvé.

J'Ă©cris des histoires d'amour.

Les Noces de Jade ? Amour.
Les Yeux de LĂ©on ? Amour.
Au Sorbier des oiseleurs ? Amour.
La RĂ©elle Hauteur des hommes ? Amour.
Aujourd'hui ne se termine jamais ? Amour.
La Treizième Concubine ? Amour.
La Reine Guérisseuse ? Amour.
La Souveraine voilĂ©e ? Amour.
Gazelle, mon premier roman publié ? Amour.

Je suis ravie de savoir que je n'Ă©cris que des histoires d'amour, mais ne fĂ©licitons pas Sigmund tout de suite. Parce que voyez, La Treizième Concubine ? Le premier tome de Tarandes et Sakranim ? Mon ancienne Ă©ditrice avait trouvĂ© la punchline parfaite : Une histoire d'amour, de haine et de renoncement.

Parce que oui.

J'Ă©cris des histoires d'amour, et parfois, elles se terminent mal.

C'est pour cette raison que j'essaie d'équilibrer mes points karma, pour chaque mauvaise fin, j'écris deux romances. Pour une très mauvaise fin, trois romances, parce qu'il faut toujours compenser une fin malheureuse avec des happy ends.
(Ça devrait être un slogan, ça aussi.)
Parfois ça se termine bien, parfois ça se termine mal, parfois ça ne se finit pas du tout. 
(J'aime les fins qui n'en sont pas.)
C'est vraiment au hasard, mais c'est toujours cohérent et nécessaire et douloureux et parfois... c'est beau.

J'ai bien dit qu'il ne fallait pas féliciter Sigmund très vite.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Découvre le secret le mieux gardé d'Aucelaire

En t'abonnant au club, tu recevras la préquelle d'Au Sorbier des oiseleurs, des confidences et des vlogs, des avant-première et des cover reveals, tu participeras à des concours privés et tu auras accès à d'autres exclusivités dans ta boîte électronique ou même postale ! Alors, ça te dit ?

Abonne-toi et à très vite dans ta boîte aux lettres !


* champs requis
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola