[Dédicaces] Livre Paris 2019
Mardi 12 mars : vol pour Lisbonne.
Mercredi 13 mars : vol pour Lyon.
Jeudi 14 mars : train pour Paris.

Après trois jours sur la route, je suis fraîche, fraîche, pour Livre Paris ! 👀

Malgré la fatigue (et les insomnies partielles), j'ai passé cinq jours de rêve ! De rêve quand le rêve en question signifie enchaîner les séances et les rencontres et les repas (d'affaires).
Pour l'ermite et handicapée sociale que je suis, le week-end de Livre Paris est quand même particulier parce que j'aime l'effervescence, j'aime ce rassemblement de passionnés, j'aime faire partie d'un tel événement. Surtout parce que je sais que ce n'est qu'une parenthèse !
Depuis des années, déjà, du temps où je vivais dans les Pyrénées, je regroupais tous mes rendez-vous, toute ma vie sociale en une semaine en ville (Montpellier ou Paris).
C'est donc ce que je fais à Livre Paris : je monte assez rarement, alors autant que ça compte !

Et Zeus Tout-Puissant, comme ça a compté !
Alors, désolée à l'avance pour le name dropping à la chaîne...

Jeudi !

Après trois jours sur la route (et un dîner avec mon grand frère et ma sœur à Lisbonne le mardi), j'arrive à Paris le jeudi après-midi et je me rends directement chez Olivia Rigal (je ne sais pas comment je ne me suis pas perdue en cours de route). J'ai prévu d'aller à l'inauguration, mais pour une heure seulement.
J'avais deux invitations en plus et mon grand frère m'a demandé si je pouvais les donner à un de ses collègues qui travaille à l'UNESCO. J'ai accepté, bien sûr, et j'étais supposée le retrouver devant le salon.
Ha (bis).
Alors que j'attends, je vois mon grand frère apparaître au milieu de la foule. Mon frère qui devait être à Lisbonne, en route pour Luanda !
Pour la deuxième année consécutive, je me suis fait avoir comme une bleue ! Ma sœur m'a tout de suite prévenue que l'année prochaine, il n'y aurait plus de surprise.
(J'accepte les demandes en mariage.)
Résultat : je suis restée plus d'une heure au salon !

(Mon grand frère est le barbu.)
Le plaisir de retrouver l'équipe de MxM Bookmark (et Reines-Beaux !), surtout Blandine, ma relectrice, qui est également une des quatre mousquetaires de mon groupe de travail, et j'ai fait la connaissance de  Sarah M. Carr et Karine, envoyées par ma très chère  Chloé Duval. J'ai également croisé Célia Deiana, que j'ai rencontrée sur CoCyclics il y a mille cinq cents ans, au moins !
En rentrant chez Olivia, Julie Huleux est arrivée. Je discute un peu avec elles (je pensais que mes idées pop-cornaient assez, mais en leur présence, il y a de la marge !), avant de me retirer : je dédicace le lendemain matin !

Vendredi !

Je sors tôt parce que mon sens de la désorientation est assez aigu, et j'arrive bien avant l'ouverture des portes du salon. (Oui, à ce point.) Je me promène un peu, tombe par hasard sur Mélanie De Coster. Si j'avais voulu la voir exprès, je n'y serais pas parvenue parce que je n'ai pas eu la présence d'esprit de noter les stands de mes consœurs.
(Oui, non, si je me perds avec une carte, alors sans...)
(Et je n'ai pas ouvert mon ordinateur de toute la semaine, j'aurais dû...)
En me rendant au stand de MxM Bookmark, je tombe sur Pauline Libersart en pleine dédicace sauvage. Je l'ai prise en photo. Évidemment !
Je signe à côté d'AurElisa Mathilde (toujours un plaisir !), Marine Gautier et Célia.
Coucou spécial à Mylène pour sa sympathie et sa gentillesse, et, et !, son miracle de la poste ! (On avait cru qu'elle avait perdu une trentaine de romans de l'année dernière dont le Sorbier !).

Photo © Karen Harroch
Après mon heure de dédicace, Johanna de MxM m'a posé quelques questions devant caméra pour les réseaux de la ME. Bien.
Je me disais qu'un an à faire des vidéos m'a pas mal entraînée à répondre aux questions, mais il faut dire que je suis seule devant mon téléphone, je fais trouze mille prises et tourne pendant une heure pour une vidéo de deux minutes. Alors l'exercice avec quelqu'un derrière la caméra, au milieu de la foule, et sans préparation (j'ai demandé les questions la veille, histoire de tricher et tout, mais nope). J'ai encore de la marge pour le progrès, disons...

Après, c'est l'heure du déjeuner avec Sabrina de Sab'n'Pepper !
Avec Blandine, Sabrina est une des quatre mousquetaires de mon groupe de travail. On se donne rendez-vous tous les soirs et on ne pouvait pas manquer l'occasion de se voir, au moins trois sur quatre ! Nous avons déjeuné dans un bistrot (qui nous a valu des rires nerveux) et avons pris le dessert dans un café à côté, histoire de bosser.
Ça fait tellement classe, caser un déjeuner « d'affaires » entre deux séances de dédicaces ! À quel moment je suis devenue adulte, déjà ?

J'avais cru que vendredi avait été chargé. Ha ! En même temps, je n'ai pas le don de clairvoyance...

Samedi !

Je signe à côté de Jade River et je rencontre Evenusia qui me demande des nouvelles  des jumelles ! Ça fait plaisir de savoir qu'elles l'ont marquée alors qu'elle a lu le roman il y a des années, maintenant.
Une de mes meilleures amies arrive avec sa famille. Je sais toujours qu'elle vient, elle me demande les dates dès décembre ! Il y a des habitudes qui deviennent des traditions et je ne les échangerais pour rien.


Après le déjeuner, j'ai l'impression que j'ai le temps de les raccompagner jusqu'au salon. Puis en arrivant au salon, il est 15 heures et... et j'aurais dû être à la rencontre avec BMR ! Je me dépêche, la rue Vaugirard est juste là, mais oy vay, qu'elle est longue !
Je rencontre mes consœurs BMR pour la première fois (enfin, sauf Pauline, ça fait des années qu'elle est une mauvaise fréquentation !), discute avec Aurora, Loraline Bradern  et Evenusia, quand je me rends compte, tanaaaaam, qu'il faut que je revienne au salon.
Je dis au revoir à tout le monde et pars quasiment en courant, pour me rendre compte au bout de cinq minutes que j'ai pris le mauvais sens... Non, mais, sérieux...

J'arrive pile à 17 heures au stand de MxM, mais il y a un décalage dans les horaires, alors je souffle, mais je suis dans un état lamentable, j'ai honte.
Je retrouve Mylène Régnier et Reru. Pendant qu'on patientait, Valentine Stergann m'a abordée, ainsi que Célia Flaux ! J'ai été ravie de les voir en vrai toutes les deux (mais vraiment, je me revois, essoufflée, nom de Zeus, la honte sur ma vache...).

Après la séance, je retrouve Julie, Marie Lerouge et Christina Meyer, direction l'After Party des romancières. Le restaurant se trouve également sur la rue Vaugirard, plus loin encore que le café où s'est déroulée la rencontre BMR.
J'aurais dû allumer mon compteur de pas, ce week-end. Juste pour voir...

Au restaurant, je retrouve ma Roxane Dambre, ça fait des années qu'on ne s'est pas vues en vrai alors qu'on se parle quasiment tous les jours. (J'avoue que ma position géographique limite pas mal les rencontres.)
Nous sommes une vingtaine autour de la table, dont Iris Hellen, Clémence Lucas, Charlène Kobel, Charlotte Orcival..., des romancières que j'ai appris à côtoyer au long des mois, et ça fait tellement plaisir de leur parler en vrai.

Après l'after-party, il y a eu une after-after, et pour quelqu'un (comme moi) qui s'est réveillée avant 6 heures du matin, j'avoue qu'après 3 h, ça commençait à piquer un peu...
Mais si c'était à refaire ? Zeus, je le referai ! Surtout que dimanche, je n'avais rien de prévu.
Ou plutôt : j'avais prévu de dormir. Disons que...

Dimanche !

Après quasiment une semaine speed, pour ma part, le matin est plutôt tranquille, avec Julie et Olivia. La veille a été si mouvementée, que j'ai l'impression d'être anesthésiée. Jusqu'à la dernière minute, je me demande si je vais au salon, mais finalement, nous repartons.
Le salon quand il n'y a pas de séance de dédicaces ou de repas programmés, c'est d'un calme ! (Ou alors c'est juste moi qui suis au-delà de Marrakesh.)
Je fais un petit tour de ME, je discute avec des éditrices et des romancières (que je ne connais pas encore !), repasse chez MxM, et j'ai vu Sarina Cassint (ou plutôt, elle m'a vue !).

Puis c'est fini.
Retour chez Olivia, pause. Tellement pause qu'à 23 heures, je lutte pour garder les yeux ouverts et à 23 h 30, je dis bonne nuit.
(On parle d'une fille qui est noctambule, hein ? C'est dire à quel point j'étais morte !)

Lundi !

Jour de repartir. Je suis physiquement épuisée mais émotionnellement, je suis boostée.
Tellement boostée, qu'en arrivant à Lyon, je sors mon ordinateur pour mettre au propre mes objectifs.
Ouais.
Je n'ai pas ouvert l'ordinateur de toute la semaine.
Et l'écran est cassé et je suis au chômage technique pour quelques jours.

J'avais vraiment besoin de me reposer, anyway...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Découvre le secret le mieux gardé d'Aucelaire

En t'abonnant au club, tu recevras la préquelle d'Au Sorbier des oiseleurs, des confidences et des vlogs, des avant-première et des cover reveals, tu participeras à des concours privés et tu auras accès à d'autres exclusivités dans ta boîte électronique ou même postale ! Alors, ça te dit ?

Abonne-toi et à très vite dans ta boîte aux lettres !


* champs requis
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola