Vaches maigres

Petite, j'ai appris que les choses qui allaient mal s'arrangeaient, que les choses se réglaient. Un jour, on fouillait toutes les poches pour trouver le dernier centime qui manquait pour acheter une brique de lait pour 5 gamins, le lendemain, on passait des vacances dans les plus beaux palaces.

En Angola, pendant la guerre, on mangeait du poisson et de la patate douce tous les jours, et le poisson qu'on consommait avait tellement d'arêtes que ma (toute petite) sœur a failli s'étouffer avec. Pendant des années, je ne pouvais pas manger de patates douces et ce n'est que récemment que j'ai compris pourquoi. On a déjà eu des périodes où ma mère devait vendre nos vêtements pour nous donner à manger.
Au Portugal, quand on n'est pas rentrés pour cause de guerre, la disette voulait dire pâtes avec du thon. Aujourd'hui, je suis incapable d'en manger. Pour les vacances, on pouvait rester à la maison des semaines d'affilée à jouer la Sega Mega Drive (enfin, regarder mes frères jouer).
J'ai grandi en acceptant que parfois il faut compter les centimes et d'autres fois, on peut choisir le menu.
J'ai grandi en acceptant de partager la chambre avec mon grand frère, de porter les vêtements que lui a porté et qu'il avait déjà hérité de notre grande sœur, et de me réveiller dans des hôtels 5-étoiles.
J'ai grandi en acceptant qu'un jour on n'a rien et le lendemain on a tout.
J'ai grandi en comprenant, dans la peau, ce que voulait dire vaches maigres et vaches grasses.
J'ai grandi en sachant que tout est cyclique et les seuls héritages que j'aurais de mon père, cet homme qui nous donnait tout, le bon et le moins bon, étaient ma famille dysfonctionnelle et cette incroyable capacité à m'adapter à tout.
Mettez-moi dans un studio. Mettez-vous dans un palace. Je sais tout faire. Et je le fais très bien.
En ce moment, j'ai l'impression de vivre une montagne russe, oscillant entre euphorie et crises de pleurs comme si le monde pesait sur mes épaules. Mais je vais bien, très bien. Parce que je sais que ce n'est qu'un nouveau chapitre qui s'ouvre et j'ai appris qu'une éclipse ne dure jamais longtemps.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Peut-on tomber amoureux par texto ?

Reçois gratuitement TOUT A COMMENCÉ LA VEILLE DE LA SAINT-VALENTIN, une romance totalement inédite !


* champs requis
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola