-->
|

image
Bienvenue, je m'appelle

Jo Ann von Haff

Quand je lui ai demandé d'où venait mon prénom, mon père est devenu tout rouge. Il a avoué, en toussotant beaucoup, en s'éclaircissant souvent la gorge, qu'il l'avait trouvé dans un roman. Un roman à cochoncetés. Il ne me manque plus que boucler la boucle et écrire les prochaines Cinquante Nuances de Grey. J'aurais dû commencer par là, au fait.

Mon nom est la représentation de ma multiculture : angolaise d'origine luso-allemande et d'expression française. Ma normalité est un melting-pot, mon éducation est multiculturelle, ma voix est polyglotte.

J'écris des histoires d'aujourd'hui, avec des héros de tous les jours et de tous les horizons, des personnages qu'on peut croiser dans la rue. Mes romans reflètent le monde tel que je le vois : moderne, global et sans frontières, où chacun a sa place.

14

Publications

11

Points Karma

834 140

Mots publiés

3616

Téléchargements

Dernières publications

Bibliographie »
Romance, inédite, exclusive, gratuite, quatre saisons
Conte de fées revisité, aux éditions Bookmark, Collection Infinity
Romance, inédite, exclusive, gratuite, quatre saisons
Romance, inédite, exclusive, gratuite, quatre saisons
Place Vendôme en hiver, aux éditions MxM Bookmark, Romance MM, Romance de Noël, Romance gay
Romance, inédite, exclusive, gratuite, quatre saisons
Derniers articles

Vaches maigres


Petite, j'ai appris que les choses qui allaient mal s'arrangeaient, que les choses se réglaient. Un jour, on fouillait toutes les poches pour trouver le dernier centime qui manquait pour acheter une brique de lait pour 5 gamins, le lendemain, on passait des vacances dans les plus beaux palaces.

En Angola, pendant la guerre, on mangeait du poisson et de la patate douce tous les jours, et le poisson qu'on consommait avait tellement d'arêtes que ma (toute petite) sœur a failli s'étouffer avec. Pendant des années, je ne pouvais pas manger de patates douces et ce n'est que récemment que j'ai compris pourquoi. On a déjà eu des périodes où ma mère devait vendre nos vêtements pour nous donner à manger.
Au Portugal, quand on n'est pas rentrés pour cause de guerre, la disette voulait dire pâtes avec du thon. Aujourd'hui, je suis incapable d'en manger. Pour les vacances, on pouvait rester à la maison des semaines d'affilée à jouer la Sega Mega Drive (enfin, regarder mes frères jouer).
J'ai grandi en acceptant que parfois il faut compter les centimes et d'autres fois, on peut choisir le menu.
J'ai grandi en acceptant de partager la chambre avec mon grand frère, de porter les vêtements que lui a porté et qu'il avait déjà hérité de notre grande sœur, et de me réveiller dans des hôtels 5-étoiles.
J'ai grandi en acceptant qu'un jour on n'a rien et le lendemain on a tout.
J'ai grandi en comprenant, dans la peau, ce que voulait dire vaches maigres et vaches grasses.
J'ai grandi en sachant que tout est cyclique et les seuls héritages que j'aurais de mon père, cet homme qui nous donnait tout, le bon et le moins bon, étaient ma famille dysfonctionnelle et cette incroyable capacité à m'adapter à tout.
Mettez-moi dans un studio. Mettez-vous dans un palace. Je sais tout faire. Et je le fais très bien.
En ce moment, j'ai l'impression de vivre une montagne russe, oscillant entre euphorie et crises de pleurs comme si le monde pesait sur mes épaules. Mais je vais bien, très bien. Parce que je sais que ce n'est qu'un nouveau chapitre qui s'ouvre et j'ai appris qu'une éclipse ne dure jamais longtemps.

[Wattpad] MISSIONS AU BOUT DU MONDE [NaNoWriMo 2018]

Et si le rêve d'une vie se transforme en cauchemar ?

Après dix ans en tant que réfugiée en France et son diplôme d'ingénieur civil en main, Lucky est de retour en Afrique Australe, prête à participer à la reconstruction de son pays natal. Alors qu'elle se lance dans un projet de grande envergure pour les déplacés de guerre, elle découvre ce qu'elle ne devait pas...

Écrire la diversité et autres articles

Autres sources




Achetez le format numérique : Amazon • 7Switch • Kobo • Fnac • Apple Books
Achetez le format papier : Amazon


Et si on prenait le seul risque qui compte ?

Reçois gratuitement TOUT A COMMENCÉ LA VEILLE DE LA SAINT-VALENTIN, UN TRÈS GRAND SOLEIL DANS LE CIEL LONDONIEN et FAIRE CHANTER LES FEUILLES D'AUTOMNE, trois romances totalement inédites et exclusives mettant en scène les sœurs Flora, Summer et Harlow Demaria !


Je veux lire !
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola