Jo Ann von Haff

|

image
Bienvenue, je m'appelle

Jo Ann von Haff

Quand je lui ai demandé d'où venait mon prénom, mon père est devenu tout rouge. Il a avoué, en toussotant beaucoup, en s'éclaircissant souvent la gorge, qu'il l'avait trouvé dans un roman. Un roman à cochoncetés. Il ne me manque plus que boucler la boucle et écrire les prochaines Cinquante Nuances de Grey. J'aurais dû commencer par là, au fait.

Mon nom est la représentation de ma multiculture : angolaise d'origine luso-allemande et d'expression française. Ma normalité est un melting-pot, mon éducation est multiculturelle, ma voix est polyglotte.

J'écris des histoires d'aujourd'hui, avec des héros de tous les jours et de tous les horizons, des personnages qu'on peut croiser dans la rue. Mes romans reflètent le monde tel que je le vois : moderne, global et sans frontières, où tout le monde a sa place.

10

Publications
(et 5 à venir)

1

Point Karma
(pour équilibrer Sigmund)

2 629 607

Mots écrits
(989 675 publiés)

3104

Téléchargements
(pour les abonnés)

Dernières publications

Découvre les résumés en cliquant sur les couvertures


Bibliographie complète
Les Noces de Jade, romance historique contemporaine chez MxM Bookmark, Collection Infini
Tango à minuit, Les Contes d Aucelaire, conte de fées, mxm bookmark
Aujourd hui ne se termine jamais, roman féminin, auto-publication
 Les Yeux de Léon, romance contemporaine chez France Loisirs
 Au Sorbier des Oiseleurs, premier conte d'Aucelaire, conte de fées revisité, aux éditions MxM Bookmark, Collection Infinity
La Réelle Hauteur des hommes, romance contemporaine aux Éditions BMR
Derniers articles

[Dédicaces] Livre Paris 2019


Mardi 12 mars : vol pour Lisbonne.
Mercredi 13 mars : vol pour Lyon.
Jeudi 14 mars : train pour Paris.

Après trois jours sur la route, je suis fraîche, fraîche, pour Livre Paris ! 👀

Malgré la fatigue (et les insomnies partielles), j'ai passé cinq jours de rêve ! De rêve quand le rêve en question signifie enchaîner les séances et les rencontres et les repas (d'affaires).
Pour l'ermite et handicapée sociale que je suis, le week-end de Livre Paris est quand même particulier parce que j'aime l'effervescence, j'aime ce rassemblement de passionnés, j'aime faire partie d'un tel événement. Surtout parce que je sais que ce n'est qu'une parenthèse !
Depuis des années, déjà, du temps où je vivais dans les Pyrénées, je regroupais tous mes rendez-vous, toute ma vie sociale en une semaine en ville (Montpellier ou Paris).
C'est donc ce que je fais à Livre Paris : je monte assez rarement, alors autant que ça compte !

Et Zeus Tout-Puissant, comme ça a compté !
Alors, désolée à l'avance pour le name dropping à la chaîne...

Jeudi !

Après trois jours sur la route (et un dîner avec mon grand frère et ma sœur à Lisbonne le mardi), j'arrive à Paris le jeudi après-midi et je me rends directement chez Olivia Rigal (je ne sais pas comment je ne me suis pas perdue en cours de route). J'ai prévu d'aller à l'inauguration, mais pour une heure seulement.
J'avais deux invitations en plus et mon grand frère m'a demandé si je pouvais les donner à un de ses collègues qui travaille à l'UNESCO. J'ai accepté, bien sûr, et j'étais supposée le retrouver devant le salon.
Ha (bis).
Alors que j'attends, je vois mon grand frère apparaître au milieu de la foule. Mon frère qui devait être à Lisbonne, en route pour Luanda !
Pour la deuxième année consécutive, je me suis fait avoir comme une bleue ! Ma sœur m'a tout de suite prévenue que l'année prochaine, il n'y aurait plus de surprise.
(J'accepte les demandes en mariage.)
Résultat : je suis restée plus d'une heure au salon !

(Mon grand frère est le barbu.)
Le plaisir de retrouver l'équipe de MxM Bookmark (et Reines-Beaux !), surtout Blandine, ma relectrice, qui est également une des quatre mousquetaires de mon groupe de travail, et j'ai fait la connaissance de  Sarah M. Carr et Karine, envoyées par ma très chère  Chloé Duval. J'ai également croisé Célia Deiana, que j'ai rencontrée sur CoCyclics il y a mille cinq cents ans, au moins !
En rentrant chez Olivia, Julie Huleux est arrivée. Je discute un peu avec elles (je pensais que mes idées pop-cornaient assez, mais en leur présence, il y a de la marge !), avant de me retirer : je dédicace le lendemain matin !

Vendredi !

Je sors tôt parce que mon sens de la désorientation est assez aigu, et j'arrive bien avant l'ouverture des portes du salon. (Oui, à ce point.) Je me promène un peu, tombe par hasard sur Mélanie De Coster. Si j'avais voulu la voir exprès, je n'y serais pas parvenue parce que je n'ai pas eu la présence d'esprit de noter les stands de mes consœurs.
(Oui, non, si je me perds avec une carte, alors sans...)
(Et je n'ai pas ouvert mon ordinateur de toute la semaine, j'aurais dû...)
En me rendant au stand de MxM Bookmark, je tombe sur Pauline Libersart en pleine dédicace sauvage. Je l'ai prise en photo. Évidemment !
Je signe à côté d'AurElisa Mathilde (toujours un plaisir !), Marine Gautier et Célia.
Coucou spécial à Mylène pour sa sympathie et sa gentillesse, et, et !, son miracle de la poste ! (On avait cru qu'elle avait perdu une trentaine de romans de l'année dernière dont le Sorbier !).

Photo © Karen Harroch
Après mon heure de dédicace, Johanna de MxM m'a posé quelques questions devant caméra pour les réseaux de la ME. Bien.
Je me disais qu'un an à faire des vidéos m'a pas mal entraînée à répondre aux questions, mais il faut dire que je suis seule devant mon téléphone, je fais trouze mille prises et tourne pendant une heure pour une vidéo de deux minutes. Alors l'exercice avec quelqu'un derrière la caméra, au milieu de la foule, et sans préparation (j'ai demandé les questions la veille, histoire de tricher et tout, mais nope). J'ai encore de la marge pour le progrès, disons...

Après, c'est l'heure du déjeuner avec Sabrina de Sab'n'Pepper !
Avec Blandine, Sabrina est une des quatre mousquetaires de mon groupe de travail. On se donne rendez-vous tous les soirs et on ne pouvait pas manquer l'occasion de se voir, au moins trois sur quatre ! Nous avons déjeuné dans un bistrot (qui nous a valu des rires nerveux) et avons pris le dessert dans un café à côté, histoire de bosser.
Ça fait tellement classe, caser un déjeuner « d'affaires » entre deux séances de dédicaces ! À quel moment je suis devenue adulte, déjà ?

J'avais cru que vendredi avait été chargé. Ha ! En même temps, je n'ai pas le don de clairvoyance...

Samedi !

Je signe à côté de Jade River et je rencontre Evenusia qui me demande des nouvelles  des jumelles ! Ça fait plaisir de savoir qu'elles l'ont marquée alors qu'elle a lu le roman il y a des années, maintenant.
Une de mes meilleures amies arrive avec sa famille. Je sais toujours qu'elle vient, elle me demande les dates dès décembre ! Il y a des habitudes qui deviennent des traditions et je ne les échangerais pour rien.


Après le déjeuner, j'ai l'impression que j'ai le temps de les raccompagner jusqu'au salon. Puis en arrivant au salon, il est 15 heures et... et j'aurais dû être à la rencontre avec BMR ! Je me dépêche, la rue Vaugirard est juste là, mais oy vay, qu'elle est longue !
Je rencontre mes consœurs BMR pour la première fois (enfin, sauf Pauline, ça fait des années qu'elle est une mauvaise fréquentation !), discute avec Aurora, Loraline Bradern  et Evenusia, quand je me rends compte, tanaaaaam, qu'il faut que je revienne au salon.
Je dis au revoir à tout le monde et pars quasiment en courant, pour me rendre compte au bout de cinq minutes que j'ai pris le mauvais sens... Non, mais, sérieux...

J'arrive pile à 17 heures au stand de MxM, mais il y a un décalage dans les horaires, alors je souffle, mais je suis dans un état lamentable, j'ai honte.
Je retrouve Mylène Régnier et Reru. Pendant qu'on patientait, Valentine Stergann m'a abordée, ainsi que Célia Flaux ! J'ai été ravie de les voir en vrai toutes les deux (mais vraiment, je me revois, essoufflée, nom de Zeus, la honte sur ma vache...).

Après la séance, je retrouve Julie, Marie Lerouge et Christina Meyer, direction l'After Party des romancières. Le restaurant se trouve également sur la rue Vaugirard, plus loin encore que le café où s'est déroulée la rencontre BMR.
J'aurais dû allumer mon compteur de pas, ce week-end. Juste pour voir...

Au restaurant, je retrouve ma Roxane Dambre, ça fait des années qu'on ne s'est pas vues en vrai alors qu'on se parle quasiment tous les jours. (J'avoue que ma position géographique limite pas mal les rencontres.)
Nous sommes une vingtaine autour de la table, dont Iris Hellen, Clémence Lucas, Charlène Kobel, Charlotte Orcival..., des romancières que j'ai appris à côtoyer au long des mois, et ça fait tellement plaisir de leur parler en vrai.

Après l'after-party, il y a eu une after-after, et pour quelqu'un (comme moi) qui s'est réveillée avant 6 heures du matin, j'avoue qu'après 3 h, ça commençait à piquer un peu...
Mais si c'était à refaire ? Zeus, je le referai ! Surtout que dimanche, je n'avais rien de prévu.
Ou plutôt : j'avais prévu de dormir. Disons que...

Dimanche !

Après quasiment une semaine speed, pour ma part, le matin est plutôt tranquille, avec Julie et Olivia. La veille a été si mouvementée, que j'ai l'impression d'être anesthésiée. Jusqu'à la dernière minute, je me demande si je vais au salon, mais finalement, nous repartons.
Le salon quand il n'y a pas de séance de dédicaces ou de repas programmés, c'est d'un calme ! (Ou alors c'est juste moi qui suis au-delà de Marrakesh.)
Je fais un petit tour de ME, je discute avec des éditrices et des romancières (que je ne connais pas encore !), repasse chez MxM, et j'ai vu Sarina Cassint (ou plutôt, elle m'a vue !).

Puis c'est fini.
Retour chez Olivia, pause. Tellement pause qu'à 23 heures, je lutte pour garder les yeux ouverts et à 23 h 30, je dis bonne nuit.
(On parle d'une fille qui est noctambule, hein ? C'est dire à quel point j'étais morte !)

Lundi !

Jour de repartir. Je suis physiquement épuisée mais émotionnellement, je suis boostée.
Tellement boostée, qu'en arrivant à Lyon, je sors mon ordinateur pour mettre au propre mes objectifs.
Ouais.
Je n'ai pas ouvert l'ordinateur de toute la semaine.
Et l'écran est cassé et je suis au chômage technique pour quelques jours.

J'avais vraiment besoin de me reposer, anyway...

[Wattpad] ZOUK LOVE, un chapitre par semaine sur Wattpad


TOUJOURS CHOISIR LA TROISIÈME OPTION...

Parisienne bibliophile, passionnée et bordélique, Petula Simon aime faire la fête, surtout danser le zouk et la salsa. Entre son travail de chroniqueuse littéraire pour un magazine multimédia et sa colocation, elle croque la vie à pleines dents.
Puis sa vie organisée (de façon bordélique) se complique lors d'un bal de pompiers.
Entre danseurs sexy et écrivains charmants, le cœur de Petula balance, et zouke, et love...

LES LARMES DU PETIT POUCET (nouvelle, exclusivité newsletter)

Télécharge gratuitement
LES LARMES DU PETIT POUCET,
préquelle des Contes d'Aucelaire,
une nouvelle qui nous plonge en 1867,
année de l'Exposition universelle de Paris.

Découvre le secret le mieux gardé d'Aucelaire,
bien avant AU SORBIER DES OISELEURS
et TANGO À MINUIT.



* indicates required

En échange de ce cadeau, tu m'autorises à t'envoyer de mes nouvelles. Tu pourras également participer à des concours privés et à des rencontres.
Tu peux changer d'avis à tout moment en cliquant sur le lien « Se désinscrire » situé le pied de page de toutes mes lettres ou en me contactant à joann@joannv.com. MailChimp et moi-même traiterons tes informations avec respect et tes données seront supprimées. Pour plus d'informations sur les pratiques de confidentialité de MailChimp, visite leur site Web.
We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp's privacy practices here.

TANGO À MINUIT, MxM Bookmark, Coll. Infinity

C'EST UNE ROMANCE, MAIS PAS QUE. C'EST DE L'URBAN FANTASY, MAIS PAS QUE. C'EST UN CONTE DE FÉES, MAIS PAS QU'UN.

Cassandra est conceptrice à Prinz & Devers, mais depuis la retraite de son mentor, elle se morfond. Anne, la directrice, l’écarte de tous les projets intéressants. Et pourtant, Cassandra est la plus indiquée pour s’occuper de la campagne de Noël de French Tango, puisqu’elle collectionne les montres de la marque. Quand Philippe Krone est exaspéré de ne voir que des propositions cliché, il se rend à l’agence et croise Cassandra dans l’ascenseur. Il ne sait pas qui elle est, mais elle porte l’une de ses montres. Et un colis bien embarrassant...

MxM Bookmark, Collection Infinity
Février 2019
Amazon 👠 iTunes 👠 Fnac 👠 Kobo 👠 Bookeen 👠 7Switch

Merci à mes chères Roxane Dambre et Chloé Duval qui ont lu la toute première version du Sorbier (qui contenait Tango) et ont adopté mes contes.


LES NOCES DE JADE, finaliste du Prix du Livre Romantique 2018, Éditions Charleston & MxM Bookmark, Coll. Infinity

ELLE N'EST RIEN DE CE QU'IL CHERCHE, ELLE TOUT CE DONT IL A BESOIN...


Lisbonne. C'est là que Jules a décidé de rencontrer sa future épouse. Cette fois, ce sera un mariage arrangé, sans amour. Sans souffrance. Il veut rompre sa solitude, mais il ne tombera pas amoureux, plus jamais.
Jade, vingt-quatre ans, est aussi différente de lui qu'on peut l’être. Elle vient de la communauté gitane et elle est très croyante, alors que lui ne croit plus en rien.

Pourtant, dès la première rencontre, Jules a décidé. Ce sera elle. Mais pourront-ils aller jusqu'au bout, malgré les réticences de leurs proches ? Et peut-on vraiment vivre avec quelqu'un sans que les sentiments s'en mêlent ?

Éditions Charleston (numérique)
Novembre 2018
Amazon 💍 iTunes 💍 Kobo 💍 Bookeen 💍 7Switch



ELLE N'EST RIEN DE CE QU'IL CHERCHE, ELLE TOUT CE DONT IL A BESOIN...

Jules ne veut plus tomber amoureux, il recherche pourtant la stabilité du mariage. Après s'être inscrit dans une agence matrimoniale, il s'envole bientôt pour Lisbonne afin de rencontrer des candidates.
Il ne sait pas exactement ce qu'il recherche, mais une chose est sûre : Marta en est aux antipodes. Elle est jeune, gitane, catholique, a un style vieillot et vit sur la malfamée rive sud du Tage... Pourtant, quand il croise son regard d'un vert hypnotique, il sait qu'il a trouvé sa future femme.
Elle n'est rien de ce qu'il cherche, mais elle est tout ce dont il a besoin.

MxM Bookmark, Collection Infinity (papier)
Mars 2019


« C'est plein d'émotions, de bons sentiments : de quoi réconcilier les petits cœurs déchirés à coup sûr juste avant Noël ! La réflexion sur la vie commune, les sentiments, leur évolution... Et ce qui est vraiment important dans un couple ou non est réaliste, d'une justesse exquise et... magique ! »

AUJOURD'HUI NE SE TERMINE JAMAIS

UN ROMAN D'AMOUR, DE TOUS LES AMOURS...

Que faire lorsque sa vie part à vau-l’eau et que sa meilleure amie, sa jumelle, se trouve de l’autre côté de l’océan ?

« — Tu t’empêches de jurer ? devina Pol.
— Hm, répondit Mike.
— Là, tu peux parler ?
— Tu as raison, clone. Tu enchaînes les conneries.
— Qu’est-ce que je fais ?
— C’est seulement maintenant que tu te poses la question ? »

À Paris, la psychothérapeute Mike cherche à oublier dans son travail un passé encore trop présent. 
À New York, la carrière de danseuse de Pol décolle alors que sa vie privée s’écroule.
Douleurs d'hier et souffrances d'aujourd'hui se mêlent et s'entremêlent. Mike et Pol parviendront-elles à défaire les nœuds et à réparer les cœurs avant qu'aujourd'hui ne les engloutisse complètement ?

« Jo Ann von Haff a un don, un vrai don pour dépeindre des personnages émouvants, justes, marqués par la vie et les épreuves, humains, si humains. »
Chloé Duval, auteure de Temps volé

Auto-publication 2018
Amazon 💃 7Switch 💃 Kobo 💃 Bookeen 💃 Fnac 💃 iTunes

Merci à Marie H., qui a lu la version NaNo2008 et qui ne m'a pas détestée à cette occasion.
Merci à Esther C., qui a lu mon roman entre deux réécritures pour me signaler toutes les erreurs concernant la culture juive.
Merci à Vanessa du Frat, ma comparse d'[Espaces Comprises] pour ses conseils précieux.

💃

« J'ai été happée par le récit de ces deux personnages très attachants et la fin du roman arrive un peu trop vite, nous laissant avec un goût de trop peu. »

« Jo Ann von Haff a un don, un vrai don pour dépeindre des personnages émouvants, justes, marqués par la vie et les épreuves, humains, si humains. »
Chloé Duval

« Sincèrement je vous recommande chaudement de tenter la lecture de cette histoire si vous appréciez tout ce qui est women’s fiction, drame, romance, personnages torturés et liens d’amitié/fraternité profondément présent dans le récit. Car c’est tout ce que regroupe cette histoire et ce mélange est totalement réussi ! »

[Extrait] Aujourd'hui ne se termine jamais


— Mike ? appela Karine. 
— Hm ? 
— Tu ressembles à ma mère… 

Mike se figea en faisant attention à ne pas se brûler avec l’huile. 

— Regarde, insista Karine. 

Mike enleva la poêle du feu et essuya ses mains soudain moites sur son pantalon. 

— Montre. 

Elle prit la photo que Karine tendait. À part la chevelure brune, la mère de Karine et Mike n’avaient rien en commun. La première était petite aux yeux clairs, alors que Mike frôlait le mètre quatre-vingt. 

— Je pourrais passer pour ta fille, remarqua Karine. 
— Je dois sûrement paraître plus vieille que je ne le suis vraiment, répondit Mike en lui rendant le cliché. 

Mike détestait les transferts chez ses patients quand ils devenaient trop attachés, presque dépendants. Elle avait raconté des choses à Karine qu’aucun autre protégé n’avait jamais soupçonnées, elles étaient beaucoup trop proches. C’était sa faute, elle aurait dû accepter qu’Aubry choisît quelqu’un d’autre. 
Karine grimaça, rangea la photographie dans son journal et joua avec le reste de son bagel. 

— Tu as raison, murmura l’adolescente. Tu es trop jeune pour être ma mère. 

Mike se retenait de trembler. 
La minuterie retentit. Elle ouvrit le four et ferma les yeux en sentant l’odeur du ragoût de Ruth. Malgré son éloignement volontaire, Mike pouvait toujours compter sur sa mère et sa grand-mère. Comment aurait-elle pu survivre sans sa famille ? 
Elle posa le bigos sur le comptoir. 
L’adolescente renifla. 

— Karine ? s’inquiéta Mike. 
— Ça fait presque deux mois que tu es à la maison… Et bientôt, tu t’en iras. 
— Je partirai quand tu n’auras plus besoin de moi. 
— Comment le savoir ? 
— Je le saurai. 

Karine sanglota. 

— J’aurais préféré que tu sois ma mère. 

L’émotion la menaçait. 

— Ç’aurait été plus facile si j’avais eu ma mère avec moi, chuchota Karine. Il y a des choses que je ne pourrai jamais dire à papa… Il ne comprendrait pas… 

Mike la fit se lever et la serra dans ses bras. 

— Je serai toujours là pour toi, faygele. Toujours.

Découvre le roman

✂ Renforcer sa présence sur Google (rendre ses informations officielles)


Je ne sais pas si tu es au courant, mais tu peux renforcer ta présence sur Google.

En juillet, je me suis googlée pour m'assurer que mon site était au moins dans la première page de recherches de Google. C'est bien beau d'avoir un site, mais si personne ne le voit quand on fait une recherche sur nous, à quoi bon, n'est-ce pas ?
Je suis passée en mode Navigation privée (Ctrl + Maj + N sur Chrome), et ça me tracassait de n'avoir que mes publications BMR sur ma fiche.


En bas se trouve le bouton « revendiquer cette fiche info » (avant c'était « Gérez-vous la présence en ligne de Jo Ann von Haff ? »). Exemple avec Suzanne Roy, ma jumelle cosmique.)



En cliquant, cela nous redirige vers une page de démarches assez simple : un selfie avec son passeport ou sa carte d'identité (j'ai pris ma photo en cachant les données, au cas où, ne laissant que la photo et le nom bien visible). Il faut également donner ses liens officiels (sites, réseaux sociaux) et prouver qu'on a accès au tableau de bord de chaque lien (une capture d'écran de l'interface de notre site, et montrer que nous pouvons changer nos profils sur les réseaux).Alors j'ai revendiqué ma fiche.

Deux/trois semaines plus tard, en août, je recevais l'autorisation de modifier mon compte.



Je voulais ajouter mes autres publications, puis j'ai remarqué que j'avais d'autres résultats, mais au lieu de « von Haff » (v minuscule), ils étaient sous « Von Haff » (V majuscule).


J'ai donc demandé à fusionner trois profils (si, si, j'avais un troisième perdu !).

Première semaine d'octobre, enfin, j'avais un seul profil « officiel ».



Revendiquer ma fiche a été plus compliqué que la moyenne, sûrement grâce à l'orthographe fantaisiste et hachée de mon nom nom. Il suffit d'une case pour tout fractionner, apparemment !
Mais c'est classe.
Non ?



Maintenant j'ai juste besoin de savoir comment changer cette fichue photo...

✏ Ce que le NaNoWriMo m'a rapporté



La NaNoWriMo a été la meilleure école d'écriture et d'organisation pour moi.
Et alors que je viens de passer la pire édition de ma vie, je vais tout de même t'expliquer pourquoi novembre est devenu quasi-sacré dans mon calendrier.

Est. since 2006

J'étais dans un groupe d'écriture anglophone lorsque j'ai appris l'existence du NaNoWriMo en 2005. Pourtant, ce n'est qu'en 2006 que je me suis inscrite officiellement (le 15 octobre) suite à un article d'une blogueuse française, Chimère (si tu me lis). 
Je suis partie à la wannagain, IRL c'était le souk, mais j'ai tout de même réussi à boucler les 50K en 15 jours (sans être chez moi alors que mon ordinateur pas du tout portable y était). La communauté française était encore toute petite et j'ai rencontré des gens super que j'ai rencontrés pour de vrai à Paris en 2007 lorsque j'ai participé à la TGIO (Thanks G* it's over : la fête de fin de NaNo en décembre).

J'ai appris à m'organiser

Quand je me suis inscrite au NaNo, j'écrivais depuis déjà 10 ans ! Ou plutôt, je gribouillais. Je n'avais que trois romans terminés, avec un début, un milieu et une fin. Pour les deux premiers, je les ai écrits dans un cahier, donc je n'avais pas d'autre choix que suivre un semblant de chronologie. Pour le troisième roman, une de mes cousines le lisait en même temps donc j'avais intérêt à écrire dans l'ordre également.
Arrivée en France, j'écrivais au stylo plume sur des copies doubles Seyès illimitées (le double luxe pour quelqu'un qui vient d'Angola) et, bien sûr, dans le désordre et uniquement ce qui me plaisait. Disant que pendant des années, rien n'a abouti...
Avec le NaNo, je me suis remise à écrire sur ordinateur et dans l'ordre. Même si je n'avais pas de plan (ça n'a pas changé), j'avançais en espérant arriver à la destination que je m'étais fixée...

J'ai appris à écrire vite

Écrire vite n'est pas forcément écrire de la m*, comme le diraient certains. 
Pour moi, depuis que je me suis lancée dans le NaNo et que j'ai commencé à écrire dans l'ordre, écrire vite me permet d'arriver plus vite là où je veux aller, que ce soit la fin (le saint Graal) ou juste une scène à laquelle on a pensé pendant des semaines !
En plus, les Word Wars (écrire le plus de mots possible pendant quinze minutes) nous entraînent à frapper vite. Je passe toujours mon tour lors des WW organisées sur mon forum ou dans le chan régional, mais je peux monter jusqu'à 850 mots environ en quinze minutes. 
Et si je veux terminer avant minuit (pour une quelconque raison), je mets le turbo, quitte à écrire 17K dans la journée...

J'ai appris à me défier

Le NaNo n'est pas une compétition ! C'est un défi personnel, on cherche à être meilleur que soi-même !
Je n'ai jamais tenté le 50K1Day (écrire 50 000 mots en 24 heures), et je ne pense pas que je le ferai un jour. J'ai écrit mon premier NaNo en 15 jours (même sans être chez moi, même sans accès à mon ordinateur), et tous les ans, je réduisais ce délai jusqu'en 2011 où j'ai écrit Lettre à Maxime, mon plus beau roman, en quatre jours.
Je m'étais prouvée à moi-même de ce dont j'étais capable, et à partir de là, ce n'était plus important.
Aujourd'hui, mes plus grands défis sont parvenir à écrire 50K alors que je suis en déplacement et que je travaille et que je ne suis pas chez moi et que je bouge !
Ce que font les autres ne m'intéresse pas, mais je suis là pour encourager. Toujours.

J'ai appris à trier

Quand on a 1500 idées à l'heure comme Sigmund, il faut apprendre à prioriser ses envies. J'écris sans plans (95 % du temps), du coup, je dois me lancer dans l'idée qui est la plus développée dans mon esprit pour parvenir à écrire 50K de cette histoire-là. Les abonnées de ma newsletter savent  d'ailleurs comment j'organise mes idées et ont même un modèle de mes tableaux magiques.


J'ai sûrement appris d'autres choses, mais voilà les plus importantes, à mon avis.


Si je ne devais écrire qu'un roman par an, ce serait sûrement en novembre.

Parce que j'aime le mois du NaNo de la même façon que j'aime Noël. C'est l'ambiance. C'est savoir que des centaines de milliers de personnes dans le monde écrivent au même moment pour les mêmes raisons. C'est faire partie d'une communauté (avec ses bons et mauvais côtés). C'est se défier pour atteindre un objectif commun.
C'est de faire, au lieu de rêver.
C'est magique. Comme Noël, finalement...


Treize éditions, 13 victoires et 17 romans

En treize éditions, j'ai écrit 17 romans, le 18e est toujours en cours. Il y a de tout : de la Women's fiction, de la romance, de la fantasy et même du paranormal ! En 2019, j'atteindrai mon millionième mot et j'ai hâte !


2006
Mon cœur est une saison (WF disponible pour les abonnées)

2007
À l'ombre du baobab (paranormal)

2008
Aujourd'hui ne se termine jamais (WF)


2009

Enfants de lune (fantasy)

2010
Les Apprenties Shâim (fantasy)

2011
Lettre à Maxime (WF)
Derniers jours avant les pluies (WF)

2012
Le Prince clairvoyant (fantasy)

2013
Effacer tous les hiers (suite indépendante d'Aujourd'hui ne se termine jamais, devenu Effacer tous les hiers et Rendez-vous après demain anciennement disponible pour les abonnées)
Les Yeux de Léon (romance)


2014
Croquembouche (romance)
Beignets d'ananas au rhum (romance)
Les Noces de Jade (romance)


2015

Pizza aux figues (romance)
Gaufres & Chocolat (romance)

2016
La Dernière épouse (fantasy)

2017
Roméo cherche Juliette (romance disponible pour les abonnées)

2018
Missions au bout du monde (romance en cours d'écriture, à lire sur Atramenta ou Wattpad)



Et des Camp NaNoWriMo ?


2014
La Favorite (WF)
Un thé au litchi (romance anciennement disponible pour les abonnées)
Macarons à la goyave (romance)


2015
Tango à minuit (conte de fée revisité)




Un arc-en-ciel dans la nuit
 (à paraître chez MxM Bookmark)



2016
Xander (romance disponible pour les abonnées)
Plan B (romance disponible pour les abonnées)


2017
Promesses du bout du monde (romance disponible pour les abonnées)


2018
Roméo cherche Juliette (romance disponible pour les abonnées)
Cœur fondant (romance anciennement disponible pour les abonnées)

Découvre le secret le mieux gardé d'Aucelaire

En t'abonnant au club, tu recevras la préquelle d'Au Sorbier des oiseleurs, des confidences et des vlogs, des avant-première et des cover reveals, tu participeras à des concours privés et tu auras accès à d'autres exclusivités dans ta boîte électronique ou même postale ! Alors, ça te dit ?

Abonne-toi et à très vite dans ta boîte aux lettres !


* champs requis
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola